ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Crash d’EgyptAir : un an après, les familles françaises en appellent à Emmanuel Macron

19/05/2017

JPEG - 33 ko

La vice-présidente de l’association des familles de victimes, Sophie Cormary, qui a perdu son fils dans la catastrophe lance un appel à Emmanuel Macron sur franceinfo : "Aidez-nous, sans vous, on ne saura jamais".

Les familles des victimes du vol MS 804 d’EgyptAir, qui s’est abîmé en mer Méditerranée lors du trajet Paris-Le Caire, le 19 mai 2016, ont appelé à un rassemblement vendredi 19 mai, à 11h, devant l’ambassade d’Egypte à Paris. Les familles veulent obtenir des autorités égyptiennes qu’elles communiquent leur rapport d’enquête à la France. 66 personnes, dont 15 Français, ont été tuées lors du crash. "On en appelle au président Macron, lance sur franceinfo Sophie Cormary, vice-présidente de l’association des familles de victimes, qui a perdu son fils dans la catastrophe. M. Macron aidez-nous, sans vous, on ne saura jamais."

"L’Egypte n’a toujours pas publié son rapport"

"Nous sommes absolument sans nouvelle sur les causes de l’accident, a regretté Sophie Cormary. Nous avons mis huit mois pour retrouver les corps de nos proches, et, douze mois plus tard, l’Egypte n’a toujours pas publié son rapport."

Sophie Cormary, vice-présidente de l’association des familles des victimes, a estimé qu’à ce stade de l’enquête aucune piste étayée ne s’est imposée. "L’Egypte dit : ’Il y a une bombe’. OK, qu’elle le prouve, mais qu’elle donne des preuves tangibles, et qu’elle donne, surtout, accès aux preuves à l’Etat français et à la justice, pour pouvoir déterminer qui est responsable. Est-ce que c’est un problème de maintenance, et, dans ce cas-là, c’est EgyptAir ? Est-ce que c’est un problème structurel de l’avion, et, dans ce cas-là, c’est Airbus ? Est-ce que c’est un problème d’attentat, et dans ce cas-là, ce serait à Paris [de mener l’enquête] ? Je pense qu’il est juste que la vérité soit dite et que ça serve de leçon"

Source : francetvinfo.fr
Date : 19 mai 2017