ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Dropped : les familles des victimes demandent à être informées des avancées de l’enquête

07/03/2017

JPEG - 169.4 ko

Deux ans après le drame, les familles des dix personnes tuées dans l’accident adressent une lettre ouverte à la secrétaire d’État chargée à l’aide aux victimes.

Le 9 mars 2015, dix personnes perdaient la vie, en Argentine, lors de la collision de deux hélicoptères lors du tournage de Dropped, une émission d’aventure de TF1. Parmi les victimes, les athlètes Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine, cinq membres de la société de production (ALP) et les deux pilotes argentins.

Dans une lettre ouverte publiée sur le site de nos confrères de Paris Match et adressée à Juliette Méadel, secrétaire d’État chargée de l’aide aux victimes, les familles des victimes demandent d’être tenues informées des avancées de l’enquête française. « Aujourd’hui, nous familles des victimes attendons toujours justice, commence-t-elle. Nous sommes conscientes du temps que nécessite l’instruction, mais depuis deux ans, nous nous heurtons à un silence s’apparentant pour nous à une indifférence de l’institution judiciaire ; laquelle, malgré nos demandes répétées, ne nous a même pas encore reçus tous ensemble. Nous avons besoin d’être tenus au courant des avancées de l’enquête menée depuis la France ». Les familles rappellent que le bureau d’enquête accident argentin avait souligné « l’impréparation de ce vol aux conséquences dévastatrices ».

Mais les familles visent aussi ALP, la société de production du programme que devait animer Louis Bodin. « Cette société n’a jamais eu le courage de nous présenter de quelconques excuses, ni de manifester de la compassion à notre égard pour ce drame aux répercussions personnelles et familiales irréparables. Cet accident scandaleux, unique par sa gravité dans l’histoire de la télévision de divertissement française, appelle à interroger les responsabilités d’une entreprise s’il devait s’avérer qu’elle s’est affranchie des réglementations locales pour réaliser de substantielles économies ».

« Ces morts tragiques ont laissé une dizaine d’enfants orphelins, dont sept de moins de dix ans », rappellent les familles. Elles invitent la secrétaire d’État à venir se recueillir deux ans après le drame, ce samedi 11 mars de 14 heures à 16 heures, sur l’esplanade du Trocadéro à Paris afin de « rendre hommage à [leurs] proches disparus, mais aussi pour réaffirmer tous ensemble que nous attendons que la justice détermine et juge les circonstances exactes de l’accident, les mesures qui auraient dû être prises pour l’éviter et les responsabilités qui en découlent ».

Source : lefigaro.fr
Auteur : Romain Delacroix
Date : 7 mars 2017